Le Royal Palm, l’adresse requise pour un séjour à l’île Maurice

A l’île Maurice, le domaine de l’immobilier a été marqué récemment par la rénovation complète qu’a subie une des icônes touristiques de l’île, le Royal Palm. Au programme, plus de treize millions d’euros dépensés pour cinq mois de grands travaux.

Le Royal Palm, un lieu incontournable pour les touristes du monde entier

La plupart des cartes postales sur l’île Maurice illustrent ce lieu mythique où luxe et convivialité se mêlent pour former un tout unique. Cet endroit, il s’agit bien sûr du prestigieux hôtel de luxe Royal Palm niché au nord de l’île. Véritable petit paradis pour l’hébergement, cet hôtel 5 étoiles fut le premier à être construit sur l’île Maurice. Construit en 1985, l’établissement se composait alors de 65 chambres. Plus tard, un premier projet d’agrandissement lui a permis d’avoir 19 suites supplémentaires.

Une rénovation rocambolesque de cinq mois

Avec la demande toujours plus importante du secteur touristique à l’ile Maurice, le directeur de l’établissement, Jacques Silvant se voit contraint de rénover complètement ses chambres de manière à répondre, dans une certaine mesure aux besoins de plus en plus luxueux de ses clients. L’hôtel subit donc des travaux de grande envergure pour redonner une seconde jeunesse à ses anciennes chambres et pour aménager des suites plus luxueuses. Après 13 millions de frais et cinq mois de chantier, l’hôtel abrite, depuis sa réouverture à la mi-octobre, 15 suites de haut standing à partir de la rénovation de 30 de ses anciennes chambres. Ces dernieres sont accessibles entre 650 et 1500 euros la nuit.

Un résultat haut la main pour cet établissement du Beachcomber

Après cette dernière rénovation, l’hôtel Royal Palm peut être sûr de pouvoir offrir le meilleur dans le domaine de l’immobilier. Le nouveau décor dans les murs de l’établissement se compose d’objets et de matières bien choisies, où le luxe et le confort ont gardé leur place.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.