Les garanties d’un prêt immobilier

Lorsqu’on souscrit un prêt immobilier, les banques vous demandent une garantie pour assurer les fonds mis à votre disposition. La garantie lui permet alors de se faire rembourser en cas de défaillance de l’emprunteur et selon les cas, elle peut prendre trois formes différentes.

L’hypothèque d’un crédit immobilier

L’hypothèque du crédit immobilier est la garantie la plus courante. En cas de défaillance, la banque pourra saisir un bien immobilier appartenant déjà à l’emprunteur ou le bien immobilier financé par le crédit. L’hypothèque induit des frais supplémentaires pouvant atteindre 2 % du crédit souscrit. A tout moment durant l’emprunt, l’emprunteur peut faire une mainlevée de l’hypothèque auquel cas il souhaite vendre le bien immobilier.

Le cautionnement

Avec le cautionnement comme garantie, une personne morale ou physique s’engage à payer le crédit de l’emprunteur auprès de la banque en cas de défaillance du client. Pour couvrir ce domaine, certaines banques ont ouvert une société de cautionnement.

Le privilège du prêteur de deniers

Lorsque le crédit immobilier vise à acheter un bien immobilier ancien, c’est cette garantie qui est la plus souvent proposée. Elle ne peut financer un bien neuf. Comme l’hypothèque, cette garantie se fait sur acte notarié et fait l’objet d’une inscription au service de publicité foncière. La saisie du bien ancien acheté sera la conséquence en cas de défaillance de paiement du crédit immobilier.

Parmi ces trois formes de garanties, l’hypothèque est la plus chère et la caution la moins chère.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.